Le Syndicat d’initiative de tourisme de Tlemcen qui est géré sous forme d’association par des Tlemcéniens, bénévoles amoureux de leur localité, définie la Perle du Maghreb comme la « Ville d’Art et d’Histoire ».

 Il indiquera également que d’après les historiens, Tlemcen doit son nom au terme berbère "TILMES" (Les sources). Située à 140 Km au sud-ouest d’Oran et à 800 mètres d’altitude au pied de grandes falaises rousses, la ville est entourée de terres fertiles.

Elle s’inscrit ainsi dans un décor verdoyant avec des forêts de pins sur les hauteurs, vergers et oliveraies dans la plaine et vignobles sur les coteaux produisant les fameux vins "coteaux de Tlemcen". Les Romains appelaient d’ailleurs la ville "POMARIA", c'est-à-dire "les vergers".

Agadir, située au nord-est fut le berceau de Tlemcen qui connut tour à tour plusieurs dynasties : les Idrissides, les Zianides, Les Mérinides, Les Almoravides. Cette dernière préféra à Agadir le site plus escarpé du plateau en faisant bâtir une nouvelle cité appelé "TAGRART" (camp militaire).

Puis, vinrent les Almohades qui laissèrent comme trace de leur passage un solide rempart d’enceinte autour de la ville.

Tlemcen doit en fait sa splendeur à la dynastie des Zianides qui s’imprégnèrent de l’architecture raffinée de l’Andalousie et plus particulièrement de celle de Cordoue pour l’édification de palais, la finition des travaux de mosquée léguées par leurs prédécesseurs tels que Mihrab et coupoles. En leur temps, Tlemcen devint durant le Moyen Âge la capitale du Maghreb Central.

Tlemcen fut ensuite assiégée à deux reprises par les Mérinides venus de l’ouest qui édifièrent en 1299, Mansourah (la Victorieuse), dont il ne reste aujourd’hui que quelques bastions et le majestueux minaret haut de 40 mètres.

Avec le passage de ces dynasties et le brassage de leurs cultures, Tlemcen devient une ville à l’avant-garde des lettres et des arts, et aux nombreux et intéressants édifices.

La cité ne se laisse pas découvrir aussi facilement qu’il peut paraître au visiteur l’abordant pour la première fois.

Pour une meilleure approche, il ne faut pas hésiter à s’écarter tout d’abord quelque peu de Tlemcen : c’est de la Kouba de Lalla Setti sur les hauteurs que l’on découvre le mieux la ville après avoir transiter par Mansourah qui demeure une belle illustration de l’art islamique.

Tlemcen s’enorgueillit de plusieurs sites et monuments remontant à l’époque hispano-magrébine :

  • -         AGADIR (790) où était située l’antique "Pomaria" romaine.
  • -         LA GRANDE MOSQUEE (1136) située en plein centre-ville avec son minaret en briques rouges haut de 30 mètres.
  • -         Les mosquées de SIDI BEL HASSEN (1296), de SIDI HALLOUI (1353), de SIDI BOUMEDIENNE à EL EUBAD (1339), de SIDI BRAHIM (1363), véritables joyaux d’architecture arabo-musulmane.
  •  -        L’imposant MECHOUAR (12ème siècle) qui fut jadis la résidence officielle des princes Zianides.
  •  -        BAB EL KERMADINE et BAB EL KHEMIS, vestiges de l’ancien rempart Almohade (12ème  siècle).
  •  -       Le BOIS SACRE de SIDI YACOUB et ses imposants pistachiers.
  •  -        La MEDERSA (1905) qui abrite actuellement le musée archéologique et ethnologique et d’où sont sorties d’éminentes célébrités.
  • -         DAR EL HADITH (1937). 

Il ne faut pas non plus manquer de visiter les anciens quartiers de Médina pour faire du shopping et découvrir le talent des artisans qui restent les dépositaires de la culture de jadis (tapisserie, broderie, travail du cuir, sculpture sur bois, dinanderie, bijoux et couture traditionnelle…)

Aux nombreuses vertus historiques, culturelles, et artisanales s’ajoute une position géographique privilégiée à l’extrême ouest du pays qui faisait autrefois de Tlemcen le centre de rayonnement du Maghreb Central, compte tenu des relations qu’elle entretenait à partir des ports de Honaine et de d’Oran avec l’Europe et les régions du grand sud.

Sites verdoyants, climat agréable, sources et montagnes, proximité du littoral confèrent à Tlemcen et sa région une vocation touristique par excellence : 

Enfin, au Plateau de Lalla Setti surplombant la ville avec sa magnifique forêt récréative fréquentée par de nombreuses familles à la recherche de fraîcheur et de repos et son parc d’attraction, il faut ajouter les Gorges d’El Ourit et son magnifique pont ainsi que les Grottes pittoresques de Béni-Add (Ain Fezza).